Entretien avec Julien MOLINIER, Expert en performance du bâtiment chez ROCKWOOL France

Les BE qui connaissent la base prescrivent prioritairement les produits qui y sont présents et à jour. 

Depuis quand les produits Rockwool sont-ils présents dans la base ?

Nous sommes adhérents à Edibatec depuis 2013. Nous disposons actuellement d’une soixantaine de produits dans la base pour toutes les applications Rockwool : toitures terrasses, combles aménagés ou combles perdus (soufflage), murs et façades (maçonnés, ossature bois et bardage métalliques) ainsi que les planchers bas et intermédiaires. Les données sont mises à jour régulièrement : les produits les plus anciens sont supprimés et les nouveaux ajoutés, dès leur sortie.

Quel est l’intérêt pour vous d’adhérer à Edibatec ?

Nous répondons à une demande des bureaux d’études (BE). Ils sont très contraints par les délais. Edibatec leur donne accès rapidement aux dernières informations sur les produits, avec un transfert automatique des données vers de nombreux logiciels métiers. Pour les industriels qui ne sont pas présents dans la base, ils sont obligés de se référer aux catalogues et de saisir eux-mêmes les données. C’est long, laborieux et moins fiable. Les BE qui connaissent la base l’utilisent donc beaucoup et prescrivent prioritairement les produits qui y sont présents et à jour.

Quels types d’informations rentrez-vous ?

Nous mettons un maximum de données, y compris nos certifications comme les Acermi par exemple, qui certifient la performance de l’isolant et permettent notamment de rassurer sur la stabilité de la performance finale dans le temps. De plus, dans certains projets de rénovation, ces derniers peuvent être demandés afin de participer à l’obtention de Contrats d’Economies d’Energie. Nous nous appuyons beaucoup sur nos prescripteurs qui sont eux directement en contact avec les BE et récoltent leurs remarques. A la demande de certains, nous avons par exemple ajouté récemment une donnée qui peut être importante dans certains cas pour les calculs thermiques en complément de la résistance thermique. Il s’agit de la capacité thermique massique qui permet de calculer l’inertie du bâtiment de manière plus précise. Nous venons également d’ajouter le facteur de diffusion à la vapeur d’eau qui permet le calcul de la condensation dans la masse avec le logiciel ClimaWin de BBS Slama par exemple, et permet de s’assurer que la paroi sera saine.

Est-ce que l’actualisation des données se fait facilement ?

Oui, l’utilisation de la base est très simple. Nous envoyons les modifications souhaitées sous format Excel à Edibatc qui les intègre avec une grande réactivité.

Quelles sont les évolutions qui vous paraissent importantes pour EDIBATEC à l’avenir ?

Nous avons une question récurrente sur les valeurs environnementales des Fiches de Déclarations Environnementales et Sanitaires (FDES) présentes dans la base INIES, qui sont nécessaires pour évaluer un projet selon le label E+C- ou d’autres certifications comme HQE ou BREEAM. Des échanges d’information entre la base INIES et la base EDIBATEC (dans laquelle nous saisiront bientôt les liens INIES de nos très prochaines FDES vérifiées) faciliterait les choses. Je pense notamment que cela pourrait simplifier les saisies vis-à-vis du module « Label E+C- » qu’il faut compléter depuis la base INIES.